En savoir plus, Herodote.net se développe avec le seul soutien de ses abonnés...En savoir plus. Le 23 décembre 1588, le duc de Guise, principale figure de l'agitation catholique, est assassiné à Blois sur ordre d'Henri III. Aussitôt, les pamphlets se déchaînent, faisant de ces deux morts les martyrs d'une cause sacrée. Il lui annonce joyeusement la mort du duc de Guise. Quoique apocryphe[7], un célèbre mot historique est continuellement prêté à Henri III. Henri, duc de Guise, mort en mangeant des prunes de Brignoles. Le lendemain, c'est au tour du cardinal Louis de Lorraine, le frère du Balafré, d'être à son tour assassiné. Son corps est confié à Richelieu, grand prévôt de France, qui par commandement du roi, le fait dépecer par le bourreau puis brûler à la chaux vive avant que ses cendres ne soient dispersées dans la Loire[6]. 80 ans de la mort du duc de Guise Né le 4 septembre 1874 à Paris, le Prince Jean d’Orléans était le fils cadet du Duc et de la Duchesse de Chartres. 128 Camille Saint-Saëns (1835 - 1921) The first soundtrack composed especially for a film by a well-known composer. Il est le premier duc de Guise et le fondateur de la maison de Guise. — À notre brave duc de Guise ! Il nomme Henri de Guise lieutenant général du royaume et lui demande de le rejoindre à Blois où doivent se réunir les états généraux. Ils ont par ailleurs l'appui de Catherine de Médicis. Chapitre XVIII. Tel un nouveau roi mage entre Dieu et le Roi, il intègre un riche capital identitaire lignager qui fructifie avec le soutien de toute la maison de Guise. Il prend le contrôle de Paris après la journée des Barricades (12 mai 1588) et devient dès lors un adversaire défiant ouvertement le roi. Réunis dans une Ligue catholique, les Parisiens se disposent à donner la couronne au duc Henri de Guise. — Mort du duc François, 1563. Le vendredi 23 décembre 1588, au petit matin, une douzaine de fidèles le rejoignent dans son antichambre. Il n'en reste pas moins qu'aux yeux du roi, Guise devient à juste titre un rival à éliminer. Pour se faire, il n’y avait qu’une solution, une seule évidence : la mort du duc. En Provence verte, pas loin de Toulon, il y a Brignoles et ses fameuses prunes séchées. — Efforts de la reine mère pour assurer son autorité, 1563-1568. L'une des sculptures le montre allongé sur le côté droit, le visage appuyé sur sa main droite, l'autre le montre priant. Leurs morts provoqua indirectement l'assassinat du roi l'année suivante. Mère de l'héritière légitime, la princesse Marie, qu'elle envoie en France en 1548 et dont elle favorise, en 1558, le mariage avec le dauphin François, le futur François II, elle as L’éphéméride de l’histoire. Elle participe pendant ses vacances scolaires à des chantiers de fouilles en Orient et notamment en Turquie. Le Balafré, ayant eut vent de la menace, tenta la médiation. Après avoir raconté l'assassinat de François de Lorraine par Poltrot de Méré, le 18 février 1 563 , il recherche quel fut l'instigateur de ce crime dont les conséquences furent si graves. Et accédez à des documents multimédia, exclusifs et surprenants ! À la tête d'un puissant clan aristocratique, Henri de Lorraine, duc de Guise, devint populaire pendant les guerres de religion en se posant comme le défenseur de la foi catholique. D'abord prince de Joinville, puis duc de Guise (1563), il tint en tant que grand maître et pair de France, une place d'importance à la cour. Des travaux historiques tels que ceux de Jean-Marie Constant ont montré que les Français ... Lire la suite. Se faisant, il commit la fatale erreur de négliger « la psychologie » de celui qu’il avait la prétention et l’illusion de manipuler. François de Guise meurt le 24 février et est enterré le 19 mars 1563 : il reçoit des funérailles quasi royales en la cathédrale Notre-Dame de Paris. Henri de Guise aspirait aussi à gouverner la France. Alors qu'il assiège Orléans où les Huguenots se sont réfugiés, le chef de la famille des Guise se fait tirer dessus par un certain Poltrot de Méré. Henri III affecte alors de se soumettre et promet de ne jamais conclure «aucune paix ou trêve avec les hérétiques». Le meurtre aura lieu au château de Blois (« Bloys »), le 23 décembre 1588.Henri III avait convoqué le duc dans son château. L’assassinat du duc de Guise s’est déroulé dans le château de Blois, le 23 décembre 1588. Une lettre pour tous les passionnés d'Histoire, Publié ou mis à jour le : 2019-12-17 09:28:54. Le seigneur Pierre Terrail de Bayard, né vers 1474 en Savoie, mort le 30 avril 1524 d'un coup d'arquebuse en couvrant la retraite française après la défaite de Romagnano, en Italie. — À la réussite de ses projets ! Voyant étendu à ses pieds le corps de son ennemi qui mesurait presque deux mètres[7], le roi se serait exclamé : « Il est plus grand mort que vivant ! Le duc de Guise lors de la journée des barricades, par Paul Lehugeur.. A Paris (« PARIS »), Henri III organisera (« conjure ») un assassinat (« un grand meurtre commetre ») contre le duc de Guise le chef du part catholique. Le roi se retire. Découvrez toutes nos lettres déjà parues. Guise pense que le roi va enfin le nommer connétable. Il appartiendra à Henri de Navarre, devenu Henri IV, de restaurer la paix civile. Le duc est aussitôt percé de coups de poignard. La mort du puissant chef du parti catholique amène le roi à se rapprocher de son cousin et successeur potentiel, le protestant Henri III de Navarre, futur Henri IV. Le 23 décembre 1588, le duc de Guise est assassiné au château de Blois. Le 23 décembre 1588, Henri de Guise est assassiné sur l'ordre d'Henri III qui l'avait convoqué dans son « cabinet vieux », voisin de la salle du Conseil du château de Blois, sous prétexte d'un prochain déplacement. Henri Ier de Guise dit le Balafré, né le 31 décembre 1550 et mort assassiné le 23 décembre 1588 au château de Blois, est le chef du parti ultra-catholique durant les guerres de Religion en France. 02.54.90.33.32. et de la sauce tomate (si vous n'avez pas, le ketchup fera tout aussi bien l'affaire). Son frère Louis est exécuté puis brûlé, les cendres jetées à la rivière le lendemain. Ce monument représente deux fois Henri de Lorraine. — Union de Charles IX et de Coligny, 1571-1572. « Assassinat du duc de Guise » redirige ici. Le duc d'Aumale, frère du duc de Guise a épousé une fille de Diane de Poitiers. Le même jour sont arrêtés sa mère Anne, son fils Charles. Au matin du 23 décembre 1588, le duc de Guise, principale figure de l'opposition ligueuse, est assassiné au château de Blois, sur ordre d'Henri III. • Les Guise : le duc de Guise, le chevalier de Guise et le cardinal de Lorraine (3 frères), Marie Stuart, leur nièce, et leurs alliés (la famille de Chartres, donc Mme de Clèves). Il trouva en bas de l’escalier le médecin Filippo Cavriana, agent secret du grand-duc de Toscane et médecin de Madame Catherine. Le duc parvient à riposter et blesser quatre adversaire… Son frère, cardinal et archevêque de Reims, connaît un sort identique, le lendemain. Il mène alors un mouvement de fronde, connu sous le nom de Ligue catholique ou Sainte Union[2]. François de Lorraine, duc de Guise, est l'un des grands acteurs politiques du royaume de France de 1547 à sa mort, en 1563. Assassinat du duc de Guise . ». Néanmoins, à l’arrière-plan, sur le mur du fond, une Crucifixion invite à voir une analogie entre les souffrances du duc, qui a les bras en croix, et celles du Christ. Lieutenant général du royaume, le duc François de Guise, dit le Balafré, a repris Calais aux Anglais cinq ans plus tôt, ce qui l'a rendu immensément populaire auprès des catholiques français. Delaroche ne laisse rien entendre des motifs d’Henri III et des causes de la mise à mort du duc. Ysaline Homant enseigne l'Histoire dans un lycée de Bruxelles et prépare une thèse sur l'Antiquité. Il me semble que cette présentation sous-estime les questions posées par ceux qui se sont opposés à Henri III. La dernière modification de cette page a été faite le 12 novembre 2020 à 22:20. La Reine-mère n’a jamais eu sur son troisième fils le pouvoir qu’elle avait sur les deux autres. Le fait que le duc de Guise ait eu véritablement l'ambition de s'emparer du pouvoir, reste toutefois un sujet de débat pour les historiens. Chapitre XX. Sœur d'Henri de Guise et du cardinal de Lorraine, veuve de Louis II d'Orléans, duc de Longueville, Marie de Guise épouse en 1538 Jacques V d'Écosse qui meurt quatre ans plus tard. Quelques mois plus tôt, le roi Henri III a été chassé de Paris parce que, n'ayant pas d'enfant mâle pour lui succéder, il acceptait de laisser le trône, à sa mort, à Henri de Navarre, un protestant ! Son but avoué était de réduire l'influence politique du parti protestant en France, en vertu du principe de catholicité de la couronne, mais on ne peut exclure une ambition personnelle appuyée sur une logique de clan et une rivalité entre diverses factions proches du pouvoir et de la famille royale. Puis à ces paroles succédaient le bruit des verres qui s’entrechoquaient, le bourdonnement de toutes ces voix, les embrassades, et des serments tout à la fois terribles et féroces, furieux et frénétiques. Quand le roi rentre dans la chambre et voit ce colosse de près de deux mètres étalé de tout son long au pied de son lit, la chronique lui prête cette réflexion : «Mon Dieu, qu'il est grand ! Son corps est brûlé et jeté dans la Loire (ce refus de sépulture témoigne de la haine qui agite les esprits). Le 23 décembre, la mort du duc de Guise Chronique. Guise pense que le roi va enfin le nommer connétable[4]. M. de Ruble fait une communication sur la mort du duc de Guise; c'est l'analyse d'un travail plus considérable, qu'il publiera prochainement. Delaroche ne laisse rien entendre des motifs d’Henri III et des causes de la mise à mort du duc. Le 23 décembre 1588, Henri de Guise est assassiné sur l'ordre d'Henri III qui l'avait convoqué dans son « cabinet vieux », voisin de la salle du Conseil du château de Blois, sous prétexte d'un prochain déplacement. Le roi supporte sans mot dire l'insolence de son ennemi mais décide d'agir. Paris proclame la déchéance d'Henri III. Le 23 décembre 1588, le duc de Guise Henri le Balafré est assassiné sur ordre du roi Henri III au château de Blois, où se tiennent les états généraux. Chapitre XVII. Chapitre XXI. L'assassinat d'Henri de Lorraine, 3e duc de Guise et chef de la Ligue catholique, a eu lieu le 23 décembre 1588 au château de Blois. — Premières rivalités des deux Henri, 1568-1570. Diane de Poitiers, née le 3 septembre 1499 ou le 9 janvier 1500 (lieu de naissance incertain : Saint-Vallier-sur-Rhône ou Étoile dans la Drôme), morte le 26 avril 1566 à Anet, comtesse de Saint-Vallier, duchesse de Valentinois, fut la favorite du roi de France Henri II, pendant plus de 20 ans. — Et mort aux royalistes ! Et ensuite roi de France sous le n° IV. Le physicien mantouan sortait de la chambre de la reine mère. — La jeunesse du duc Henri de Guise, 1563- 1568. Il est dabord prince de Joinville, puis duc de Guise (1563) et pair de France, comte dEu et Grand Maître de France. Il nomme Henri de Guise lieutenant général du royaume et lui demande de le rejoindre à Blois où doivent se réunir les états généraux. Toutes ces menaces affaiblissent Henri III et le contraignent à signer l'édit d'union (15 juillet 1588) par lequel le duc de Guise devenait lieutenant-général des armées du royaume. Le roi Henri III n'en ayant pas lui-même, c'est son cousin germain et beau-frère, le roi Henri III de Navarre, chef protestant (huguenot) de la maison de Bourbon, maison rivale des Guise, qui devient de fait l'héritier du trône de France. À ce titre, il signe le traité de Joinville avec le roi Philippe II d'Espagne, en vertu duquel ce dernier apportait son soutien financier à la ligue. Claude de Lorraine ou Claude de Guise, né le 20 octobre 1496 à Condé, en Lorraine et mort le 12 avril 1550 à Joinville, en Champagne, comte, puis duc d'Aumale, comte puis duc de Guise, est un militaire français. Lors de la huitième guerre de religion, à la tête des troupes catholiques, il vainc successivement les protestants à Vimory (26 octobre 1587) puis à Auneau (24 novembre 1587). Après avoir participé au massacre de la Saint-Barthélemy (1572), il s'illustra à plusieurs reprises sur le champ de bataille en combattant les protestants. Il paraît même plus grand mort que vivant !» (*). Les troupes espagnoles campent à Paris et Rouen, en soutien des insurgés. Les chefs de la Ligue sont arrêtés mais le camp catholique ne désarme pas. Le 12 mai 1588, le Duc de Guise, surnommé le balafré, vit à Paris "la journée des barricades", durant laquelle il manqua de peu d'accéder au trône de France. "Cent fois" Miron, médecin du roi, raconte la tragédie dans ses Mémoires : de Guise fut averti de ce qui se préparait. Ils font partie de la garde royale. Le duc était en effet le chef de la Ligue, ce rassemblement de … Henri de Guise est le fils aîné de François de Guise, deuxième duc de Guise, assassiné en 1563 par un gentilhomme protestant, et dAnne dEste et Ferrare. L’assassinat du duc de Guise provoque le soulèvement immédiat de la France ligueuse. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sitôt qu’il eut constaté la mort du duc de Guise, et se fut assuré que ses affaires étaient en ordre, le roi emprunta le petit degré pour descendre chez sa mère. Pour les autres significations, voir, convoqué dans son « cabinet vieux », voisin de la salle du Conseil, https://www.museeprotestant.org/notice/henri-iii-de-navarre-devient-roi-de-france-en-periode-de-guerres-de-religion/, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Assassinat_d%27Henri_de_Guise&oldid=176531254, Portail:Sciences humaines et sociales/Articles liés, Portail:Centre-Val de Loire/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Louis Joseph de Lorraine ou de Guise, né le 7 août 1650, mort à Paris le 30 juillet 1671, fut duc de Joyeuse et prince de Joinville de 1654 à 1671 ; duc de Guise de 1664 à 1671. Ce lieu est si bien placé qu'on peut y accéder par n'importe quel transport. Le Val de Loire est mêlé à un épisode tragique des guerres de Religion. Il est l'un des promoteurs de l'édit de Nemours (7 juillet 1585) par lequel Henri III révoqua l'édit de pacification et relança la guerre contre les protestants. Alors que le duc passe dans la chambre du roi pour se rendre à ce cabinet, il tombe dans un guet-apens : huit membres des « Quarante-cinq », la garde personnelle du roi, se ruent sur lui pour l'exécuter. Dans le contexte des guerres de religion qui opposent catholiques et protestants, les tensions s'exacerbent lorsque le frère cadet du roi, le duc François d'Anjou, meurt sans héritier en 1584. Son frère Louis, entendant ses appels de détresse, se précipite dans les appartements du roi, mais il est aussitôt arrêté[5]. Leur chef se cache dans la chambre du roi avec huit complices. Blois. "Il faut que ce matin il meure ou que je meure" - 23 décembre 1588, Etats généraux de Blois, le roi Henri III jalouse terriblement le prestige du Duc de Guise, chef de la Ligue catholique. Jugé trop influent par le roi de France Henri III et convoqué lors des États généraux de 1588-1589, Henri Ier de Guise tombe dans une conspiration et est exécuté par les Quarante-cinq, la garde personnelle royale. Ils ont fait l’Histoire ! "...son héritier légitime le plus proche, le protestant Henri III de Navarre." Chaque semaine, un contrepoint historique de l'actualité, anniversaires, récits, devinettes : Gratuit et vous pouvez vous désabonner à tout moment. Il est également le frère du cardinal de Lorraine, principal favori du roi François Ier. Le monument funéraire d'Henri de Lorraine, duc de Guise, est dans la Chapelle du collège des jésuites d'Eu, en face de celui de son épouse, Catherine de Clèves, qui fonda cette chapelle au début du XVIIe siècle. A l’occasion de son mariage à Kingston-sur-Tamise le 30 octobre 1899 avec la Princesse Isabelle de France, le Prince Jean est titré Duc de Guise par son cousin et nouveau beau-frère le prétendant Philippe Duc d’Orléans . L'événement a inspiré les peintres et cinéastes et plusieurs œuvres sont titrées L'Assassinat du duc de Guise. Le 2 octobre 1588 débutent les états généraux au château de Blois. Le duc parvient à riposter et blesser quatre adversaires avant de s'effondrer, percé d'une trentaine de coups d'épée et de dagues, le sieur de Loignac l'achevant en lui enfonçant son épée dans les reins. Le lendemain, son frère, l'archevêque de Reims, connaît le même sort. Dotée d'un sens aigu du pouvoir et de ses intérêts financiers, elle exerça une grande influence sur le roi, qui l'aima sincèrement, bien qu'elle fût de 20 ans plus âgée que lui. Louis Joseph de Lorraine Chapitre XIX. X, 90 . Claude de Lorraine Claude de Lorraine, 1er duc … Published on Aug 7, 2012 L'Assassinat du duc de Guise, op. Le martyre des princes lorrains est à l'origine d'une véritable construction hagiographique et politique à travers des libelles catholiques publiés par les imprimeurs parisiens. Cent fois mourra le tyran inhumain, Mis à son lieu sçavant et débonnaire, Tout le Sénat sera dessous sa main, Fasché sera par malin téméraire. Les autres attendent à côté. 2243-2244 . Au petit matin il arme 45 mercenaires pour sauvagement assassiner son rival. Chapitre XVI. Assassinat du duc François de Guise. À Paris, la Sorbonne délie de son serment de fidélité le peuple de France, … Il est placé sous la tutelle de son oncle Charl… Je suppose qu'il s'agit d'Henri IV de Navarre! — La Saint-Barthélemy, 1572. Peu après, Henri III convoqua les Etats-Généraux à Blois, pour régler le désaccord avec le Balafré. Cet épisode illustre ainsi la capacité naissante de l'imprimé à mobiliser les foules contre un pouvoir jugé inique[4]. L'année suivante, le roi tombera à son tour sous les coups d'un moine vengeur. Sous le règne d'Henri II (1547-1559), elle bénéficia d'un gran… Henri de Guise pénètre dans la chambre où le roi l'a convoqué sous prétexte d'en terminer avec les affaires courantes avant Noël. Alors que le duc passe dans la chambre du roi pour se rendre à ce cabinet, il tombe dans un guet-apens : huit membres des « Quarante-cinq », la garde personnelle du roi, se ruent sur lui pour l'exécuter. Son frère, le cardinal Louis II de Lorraine, est assassiné par la même occasion[1]. Réserver Le Clipper/ Duc De Guise. Henri de Lorraine, 3 duc de Guise et 2 prince de Joinville , dit « le Balafré » (31 décembre 1550, Joinville - assassiné le 23 décembre 1588, au château de Blois), est un prince issu d'une branche cadette de la maison de Lorraine. L’assassinat du duc de Guise s’est déroulé dans le château de Blois, le 23 décembre 1588. Le roi lui-même leur distribue des poignards. On retrouve sur le duc ce billet portant son écriture : « Pour entretenir la guerre en France, il faut sept cens mille écus, tous les mois ». Récit d'un guet-apens historique.