Enfin, l'urbanisation a connu une accélération notable qui se prolonge dans les années 1950[31]. Pour la France, le montant de la reconstruction s'élève à 4 milliards 900 millions de francs. Après la percée allemande de Sedan et une succession de reculs des armées britannique, française et belge, … Tu dois noter que la seconde guerre n’est pas comparable aux anciennes. Cependant, les historiens occidentaux estiment que les Allemands ont fait 5,7 millions de prisonniers et que 3 millions sont morts en captivité (dans les documents officiels russes, la différence de 2 millions est incluse dans les pertes civiles), Les conscrits non encore enrôlés désignent l'estimation du nombre de réservistes qui, essentiellement en 1941, furent tués au combat ou moururent dans les camps de prisonniers avant d'être enregistrés dans le service actif. Bombardements en France durant la Seconde Guerre mondiale . Les autres estimations vont de 4,9 à 6 millions de Juifs[19]. Les sources russes avancent que 580 589 prisonniers de guerre de l'Axe périrent dans les camps soviétiques. Les familles des victimes sont toujours sous le choc de cette guerre très meurtrière. La Grande migration commencée dans l'Entre-deux-guerres se poursuit : plusieurs milliers de Noirs quittent le Sud pour travailler dans les métropoles californiennes. Les notes de bas de page donnent une analyse plus détaillée du nombre de victimes et leurs sources. Le bilan humain de la seconde guerre mondiale est cependant discuté, certains spécialistes, démographes, et historiens, avancent jusqu'à 85 millions de personnes tuées durant ce conflit, car les données sur les pertes civiles sont souvent sous-évaluées, et il y a aussi le problème des chiffres qui ne sont pas définitifs à propos des pertes de l'URSS, et de la Chine (militaires et civils). M. V. Philimoshin of the War Ministry of the Russian Federation, Istituto Centrale Statistica (Roma, 1957) "Rapporto Morti e dispersi per cause belliche negli anni 1940-45", 600 000 détenus par les Alliés occidentaux, 50 000 par les Soviétiques et 650 000 par les Allemands, Hubert, Michael, Deutschland im Wandel. Le tableau suivant présente le nombre de tués pour chaque pays avec sa population d'avant-guerre pour montrer l'impact relatif de ces pertes. L'Harvard Mark I est mis au point en 1944 : il s'agit du premier ordinateur numérique aux États-Unis et est considéré comme étant le premier calculateur universel. 2 100 000 bâtiments ont été endommagés en France métropolitaine pendant la guerre (contre moins d'un million pendant la Première Guerre mondiale), dont 462 000 totalement détruits (contre 368 000 pendant la Première Guerre mondiale). La Commission nationale estonienne sur l'examen des politiques de répression avance que le nombre de victimes civiles durant l'occupation soviétique entre 1940 et 1941 est de 33 900. Population en 1939 - Source : Population Statistics. Après 1945, la famine était très visible en certaines zones de l'URSS, dans les Balkans, et même dans l'Europe occidentale, sans oublier l'Asie. Ainsi pour eux, comme l'a écrit l'écrivain Albert Camus dans un éditorial de Combat, « la paix est le seul combat qui vaille d'être mené »[11]. En 1934 éclate en France l’affaire Stavisky, qui éclabousse un certain nombre de parlementaires, et une manifestation d’extrême droite menace le Palais Bourbon le 6 février (seize morts). Les combats de la Seconde Guerre mondiale n’ont épargné que les pays neutres. Les éléments ici présentés rasse En raison de l'agrandissement de l'URSS sur les pays baltes, la Pologne, la Bessarabie, En U.R.S.S. Les États-Unis possèdent 2/3 du stock d’or mondial[34],[35] et imposent un nouveau système monétaire international à la conférence de Bretton Woods (juillet 1944). Même pour tous les Coréens vivant en Corée, au Japon et en Mandchourie, l'impact de la Guerre mondiale sur le taux de mortalité ne semble pas avoir été significatif », « les données sur les pertes grecques sont souvent divergentes voire incohérentes », « environ 30 000 Européens et 300 000 internés et travailleurs forcés indonésiens moururent durant l'occupation », « le nombre total de personnes tuées par les Japonais ou ceux qui moururent de faim, de maladie et de manque de soin est estimé à 3 000 000 pour la seule île de, « seulement un tiers des morts militaires eurent lieu au combat, la majorité fut causée par les maladies et la manque de nourriture, « les autorités américaines indiquent que 81 090 soldats japonais moururent lors de leur détention par les troupes alliées (non-soviétiques) en attente de leur rapatriement », « au total, environ un million de Philippins ont donné leur vie durant la guerre, les pertes militaires pour l'armée portugaise se montent à 75 morts sur un contingent estimé à 500 hommes, « les chiffres officiels sont à prendre avec précaution du fait de la difficulté de savoir exactement qui a été tué, blessé ou même enrôlé dans le chaos de 1941-1942, « présenté trop tôt après la guerre et qu'il fut réalisé sans mener de recensement après le conflit, « semblent libres de tout biais et nous pouvons accepter leur fiabilité, Le chiffre de la population lituanienne n'inclut pas la portion de la région de, Le chiffre de la population lituanienne n'inclut pas les 140 000 habitants du. Sont notamment détruites en totalité ou en partie les villes de Brest, Caen, Épinal, Le Havre, Lorient, Saint-Dié-des-Vosges, Saint-Nazaire, Saint-Lô, Évreux, Saint-Malo, Rouen. 58 % des morts issus de la Seconde Guerre mondiale étaient des civils alliés. Aussi, il ne faut pas négliger les conséquences psychologiques, très importantes, avec un grand nombre de personnes traumatisées, souvent pour plusieurs générations. Les statistiques des pertes de la Seconde Guerre mondiale varient, avec des estimations allant de 50 millions à plus de 70 millions de morts ce qui en fait le conflit le plus meurtrier de l'histoire de l'humanité , mais pas en termes de décès par rapport à la population mondiale . Les combats de la Seconde Guerre mondiale n’ont épargné que les pays neutres. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 153 milliards de spoliations rentrent dans cette évaluation. Les terres ont été bouleversées par les bombardements, les mines, les constructions d'ouvrages militaires et le passage des armées. Plus de 10 000 autres furent probablement tués dans les bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki, « le taux de mortalité parmi les Coréens en Corée durant la guerre ne semble pas avoir fortement évolué. Cela entraîna le pays dans la spirale sans fin de l'inflation. Cette situation s'explique par le manque de main d'œuvre, par la faible productivité du travail à cause de la sous-nutrition, par les pillages[13], les bombardements, les sabotages qui ont affecté l'appareil de production. En France, le Régime de Vichy avait mis en place une énorme masse monétaire sans contrepartie dans la production. Lénine ... Combien de morts a fait cette guerre? La guerre a plutôt tendance à souder la nation[33], même si des émeutes raciales éclatent en 1943. Les échanges commerciaux sont restreints à cause des bombardements et de la destruction des marines marchandes. D'une manière générale, l'économie des pays d'Europe orientale est plus affectée que celle des pays de l'Ouest, car l'occupation nazie y fut plus dure et la tactique de la terre brûlée fut appliquée en URSS. Selon l'historien Michael Haynes, il y eut 1 187 783 victimes entre 1939 et 1945 dont 46 350 exécutions judiciaires, 718 804 morts au goulag et 422 629 dans les prisons et les colonies pénitentiaires[60]. La moitié des porcins, un tiers des chevaux, un tiers des ovins, un septième des bovins ont en outre disparu depuis 1939. La Seconde Guerre mondiale repousse les limites de la cruauté. Le total des pertes militaires seules de l'Allemagne et de l'Union soviétique réunies représentent 84 % du total de toutes les pertes militaires subies en Europe. Un sondage mené par l’Ifop en mai 1945, sur l’ensemble du territoire français désormais libéré (et confirmant un sondage de septembre 1944 auprès des Parisiens), a montré que les interviewés apparaissent bien conscients du rapport de force et du rôle des alliés dans la guerre, et ce malgré la censure et la difficulté sous l’occupation à accéder à une information fiable. Au cours de cette période, plus de 3 000 soldats sont morts pour la France. Le président Roosevelt a poursuivi l'interventionnisme étatique qu'il avait engagé pour combattre les effets de la Grande Dépression avec le New Deal. La première puissance mondiale déplore plus de 405 400 décès depuis le début de la pandémie, soit davantage que le nombre de soldats américains morts au combat et en dehors durant la Seconde Guerre mondiale : 405 399, d’après le ministère des anciens combattants des Etats-Unis. Chacun peut donc retrouver la fiche numérisée de son aïeul disparu sur le siteMémoire des hommes. Les tués de l’Armée rouge constituent 53 % du total des pertes militaires connues en Europe, ceux de l'Allemagne 31 %, ceux du Royaume-Uni 1,8 %, ceux de la France 1,4 % et ceux de l’armée américaine 1,3 %. Le Mans. Un livre rend hommage aux 197 écrivains morts durant la Seconde Guerre mondiale. Germany (West). Pour financer l’effort de guerre, les gouvernements européens se sont endettés. En réalité, il y eut 10 000 morts dont un nombre inconnu de civils, « les dévastations et les souffrances en Chine ont été si grandes que finalement il est nécessaire de parler d'un nombre incertain de 'millions' de morts. Ce conflit fut le plus coûteux en vies humaines de toute l'histoire de l'humanité. Environ 45 millions de civils sont morts et le nombre de victimes civiles est supérieur à celui des victimes militaires. Le pays occupe la première place mondiale dans tous les domaines de l'économie. Pour donner une existence individuelle à chacun des soldats tués durant la guerre 14-18, le ministère des armées a publié les fiches nominatives de 1,3 million de soldats « morts pour la France », un statut accordé sous certaines conditions aux soldats tués au combat. 15 millions d'Américains ont changé de lieu de résidence pour faire face aux besoins de l'économie de guerre[31]. Mentally and Physically Handicapped: Victims of the Nazi Era, Bundesarchiv: Euthanasie-Verbrechen 1939 - 1945, Poland World War II casualties (in thousands), U.S. National Archives Casualties from World War II, Militaires décédés durant le conflit (1939-1945), The US Strategic bombing survey Report # 55, http://projectinposterum.org/docs/poland_WWII_casualties.htm, Pertes humaines pendant la Seconde Guerre mondiale, Pertes humaines de la Première Guerre mondiale, Pertes humaines américaines lors des guerres impliquant les États-Unis, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Pertes_humaines_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale&oldid=179290910, Pages avec des arguments non numériques dans formatnum, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Portail:Seconde Guerre mondiale/Articles liés, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Sources : voir notes de bas de page pour l'Allemagne et l'Autriche, Prisonniers de guerre morts après la capitulation, Conscrits non encore enrôlés (voir note ci-dessous), Civils dans les camps de prisonniers de guerre (voir note ci-dessous). Donald Niewyk suggère que cette définition élargie, intégrant les victimes civiles soviétiques, donne un total de 17 millions de morts. Les Allemands ont d'autre part prélevé 33 000 tonnes de rail et 800 000 traverses. Les destructions ont d'autre part touché beaucoup plus profondément le potentiel productif français qu'au cours de la Première Guerre mondiale : les agglomérations urbaines, les industries et les commerces ont été partout visés, ainsi que les nœuds de communications. Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) La situation des Afro-Américains s'améliore lentement : leur intégration sociale progresse grâce à l'armée (700 000 Noirs dans l'Armée en 1944)[32]. La Seconde Guerre mondiale fut le conflit militaire le plus meurtrier de l'histoire. Le dernier bilan évoque 26,6 millions de morts (militaires et civils). En août 2009, l'Institut de la Mémoire nationale polonais a estimé que 150 000 citoyens polonais ont été victimes de la répression soviétique. Il faut ajouter à ces destructions les charges préliminaires et accessoires de la reconstruction évaluées à 42 milliards : il est en effet nécessaire de débarrasser de 10 millions de mines plus de 450 000 hectares de sol (près de 1 % de la superficie de la France métropolitaine). Les voies navigables sont quant à elles pour la plupart hors d'état de fonctionner : 88 % des rivières et 83,5 % des canaux sont impraticables. L'étude démographique de Rosenfielde suggère qu'il y eut 2 183 000 morts supplémentaires en 1939-1940 et 5 458 000 entre 1941 et 1945[66]. La Seconde Guerre mondiale fut le conflit militaire le plus meurtrier de l'histoire. La dernière modification de cette page a été faite le 31 janvier 2021 à 10:50. Les pertes atteignent 60 % pour les cargos et 77 % pour les pétroliers. 50 % des engins de radoub et de dragage ont été anéantis. Les sources soviétiques et russes classent ces pertes avec les victimes civiles, Répartition des soldats : Royaume-Uni 5 896 000, Inde 2 582 000, Canada 1 100 000, Australie 993 000, Nouvelle-Zélande 295 000, Afrique du Sud 250 000, Blessés : Royaume-Uni 284 049, Inde 64 354, Canada 53 174, Australie 39 803, Nouvelle-Zélande 19 314, Afrique du Sud 14 363, Prisonniers de guerre : Royaume-Uni 180 488, Inde 79 481, Canada 9 334, Australie 26 358, Nouvelle-Zélande 8 415, Afrique du Sud 14 750, Morts au combat : Armée de terre 292 131, Armée de l'air 52 173 (inclus dans l'armée), Marine 36 950, Corps des Marines 19 733, garde-côtes 574. 1982, Pieter Lagrou, « Bilan chiffré de la Seconde Guerre mondiale », dans. Base de données des Morts pour la France de la Première Guerre mondiale. Plus de 60 millions de personnes ont été tuées, ce qui représentait plus de 2,5 % de la population mondiale à l'époque. L'URSS reste la plus touchée par les dégâts matériels[5]. Concernant l'Europe, le pillage des ressources organisé par les nazis dans les pays occupés, conjugué à la désorganisation des moyens de production, entraîne d’importantes pénuries ; le rationnement est maintenu après la capitulation allemande du 8 mai 1945 (en France, 200 g de pain par jour et moins de 200 g de viande par semaine). Depuis la chute de l'URSS, les historiens polonais ont pu accéder aux archives soviétiques relatives à l'occupation de la Pologne[68]. La puissance américaine sort renforcée du conflit planétaire. selon les recommandations des projets correspondants. Les lois et les organisations nazies ne sont supprimées qu’au début de l’automne 1945. Il lança les deux bombes atomiques pour obtenir la capitulation du Japon. Mai 1974. L'occupation des Pays baltes par l'URSS était considérée illégale et ne fut jamais reconnue par les États-Unis. Il faut néanmoins reconvertir l’économie de guerre vers la production de biens de consommation et assurer les débouchés économiques extérieurs. En 1947, les niveaux de production demeurent inférieurs à ceux d’avant guerre : la production agricole atteint 83 % de celle de 1938, la production industrielle 88 % et les exportations 59 %[12]. Les tableaux suivants détaillent les pertes de chaque pays. Un contexte social difficile s'installe, favorable à l’agitation et à la progression du communisme. Certains historiens avancent que la définition de la Shoah regroupe également les autres populations persécutées et massacrées par les Nazis[23],[24],[25],[22],[26]. Lire aussi Des chercheurs décrivent en détail « l’arrière-train » … Le Maccarthisme montre l'angoisse de la subversion intérieure dans le contexte de la guerre froide. En 1939, qui dirige l'URSS . En raison des pénuries qui affectent l'Europe, celle-ci dépend des importations, en particulier venant des États-Unis. Les pertes militaires incluent les morts au combat et les disparus ainsi que les pertes liées aux accidents, aux maladies et aux décès en captivité. En 1945, près d'un million de ménages (sur un peu plus de 12,5 millions de ménages que comptait alors la France métropolitaine) se trouvent sans abri, des villes entières ayant été rasées (Caen, Brest, Le Havre, etc.). L'évaluation du nombre de morts a beaucoup fluctué. Harry Truman eut la charge de finir la guerre, étant donné la mort de Roosevelt en cours de mandat en avril 1945. Le bilan humain est catastrophique : entre 60 et 80 millions de morts, plusieurs millions de blessés, 30 millions d’Européens déplacés[1] en raison des changements de frontières, surtout en Europe orientale[2]. Les réseaux de voirie et d'assainissement doivent en grande partie être reconstitués. 9/1, Germany reports. La conférence de Potsdam marque la séparation de l'Allemagne en quatre zones distinctes, sous la surveillance des puissances occupantes : Union soviétique, États-Unis, Royaume-Uni et France. Cependant, Staline ne cherche pas dans un premier temps la partition du pays. 185 924 soldats furent tués sur le théâtre d'opérations Europe-Atlantique et 106 207 le furent sur le théâtre d'opération Asie-Pacifique. En 2005, l'historien Tadeusz Piotrowski avança que 350 000 Polonais avaient été tués par les Soviétiques[70]. Cette politique se heurta au Congrès dominé par les Républicains dès 1945. Les pertes militaires incluent les victimes des unités régulières tués au combat ou non.